Médecine Esthétique


La Médecine Esthétique se définit comme l’ensemble des actes non chirurgicaux se limitant aux tissus superficiels du corps qui, dans les limites définies par la science, visent à prévenir ou ralentir les conséquences physiologiques liées au vieillissement.

I- De très nombreuses méthodes correspondent à une telle définition

Méthodes de comblement :

  • Acide Hyaluronique
  • Toxine botulique (Botox)
  • Carboxythérapie
  • Collagène Implants
  • Implants semi-résorbables
  • Implants non résorbables
  • Extraits plaquettaires

Méthodes par soustraction

  • Adipo-réductions
  • Electrocoagulation
  • Electro-lipolyse
  • Electro-ridolyse
  • Lyses graisseuses
  • Mésothérapie et cellulite
  • Méso lift

Méthodes vasculaires

  • Phlébectomie (varices)
  • Sclérose de vaisseaux

Les Dermabrasions

Méthodes Chimiques

  • Peeling doux
  • Peelings moyens

Méthodes laser

  • Dé-tatouage
  • Dermopigmentation
  • Laser et taches brunes
  • Laser et rides du visage
  • Laser vasculaire
  • Laser, cicatrices,  vergetures

Méthodes photo électriques :

  • Photoréjuvénation
  • Radiofréquence

Méthodes capillaires :

  • Greffe de cheveux
  • Epilation laser

Méthodes médicamenteuses :

  • Consultation anti-âge
  • Nutrition et anti-âge
  • Hormones anti-âge
  • La DHEA
  • La mélatonine
  • Les antioxydants
  • Intolérances alimentaires

Cette liste non exhaustive mais néanmoins pléthorique, constitue un maquis foisonnant où peu de gens peuvent s’y retrouver. Les champs d’application concernent la Médecine générale, l’ORL, la Dermatologie, la Phlébologie, l’Endocrinologie, la Nutrition, la Cosmétologie etc.

Le bon sens nous suggère qu’une telle profusion traduit une science en devenir avec des méthodes dont l’efficacité ou l’innocuité n’ont peut être pas été complètement éprouvées.

II- Plusieurs organismes, français ou internationaux se sont spontanément constitués, pour tenter de codifier ces pratiques :

  • AFME : Association Française de Médecine Morpho-Esthétique
  • SFME : Société Française de Médecine Esthétique
  • CNME : Collège National de Médecine Esthétique
  • EMMA: Europe Master in Anti-Aging and Aesthetic Medecine
  • IMCAS: International Course on Aging Skin
  • WOSAAM: World Society of Anti-aging Medecine.

Tous ces organismes revendiquent une certaine légitimité, puisque regroupant chacun plusieurs milliers de médecins adhérents et produisant une abondante littérature témoin du bouillonnement des idées et des innovations.
Des Chartes, comme celle de l’AFME, ont tenté sinon de réglementer, du moins de respecter le code de déontologie et d’éthique de Conseil de l’ordre
En fait aucun de ces organismes n’est investi par une quelconque reconnaissance ordinale, car en France, la “médecine esthétique” n’est pas une spécialité référencée par le Conseil National de l’Ordre des Médecins
En décembre 2006 le Diplôme Interuniversitaire de Médecine Morphologique et Anti Age a été approuvé par le conseil de l’Ordre des Médecins.
Toutefois à ce jour, le Titre de Médecin Esthétique n’est toujours pas reconnu par l’Ordre, ce dernier entendant réserver le terme “Esthétique” aux spécialités chirurgicales de Chirurgie Cervico et Maxillo faciale pour le visage, et de Chirurgie plastique pour le reste du corps.

III- Parmi ces méthodes

Certaines sont directement pratiquées par nous, car nécessitant des connaissances
anatomiques précises voire une expérience chirurgicale. Ce sont :

  • Les Comblements à l’Acide Hyaluronique.
  • Les injections de Botox
  • Les Peelings chimiques.

D’autres sont confiées à nos collaborateurs exclusivement Médecins

  • Les lasers médicaux, Epilation, Taches brunes
  • Le Photo rajeunissement, Varicosités
  • La Nutrition, le sevrage tabagique,

D’autres enfin sont tout simplement abandonnés car jugés inefficaces, obsolètes, ou non encore éprouvées.

Effacer toutes les rides et tendre la peau à outrance comme une toile cirée, gonfler exagérément les lèvres, figer le regard sont autant de fautes graves qui montrent les limites et dérives dont il faut se garder. La recherche de la discrétion et de l’authenticité doivent au contraire rester les lignes directrices.